Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'était un dimanche...

par Geneviève Cotty

publié dans il était une fois...

                                       9 Juin 1940...

 

                    Un dimanche particulier ? Nous ne le savions pas encore...Ma mère et moi nous étions inquiètes, comme presque tous les français. Tout allait mal, l'exode avait commencé, la guerre battait son plein et les soldats français battaient en retraite...L'armée allemande avançait à grands pas vers PARIS...Mon père était mobilisé dans la DCA et mon frère se battait "quelque part"...depuis plusieurs jours déjà, nous n'avions pas de nouvelles.

 

                    Toi mon frère, comme nous le saurons deux années plus tard (!), à midi, tu as cessé de vivre, une grenade ayant eu raison de ta jeunesse et de ton courage. Deux ans, il aura fallu attendre deux ans...J'en ai parlé maintes et maintes fois déjà... Ce que je me demande parfois, c'est " quel homme tu serais devenu" ! Question idiote...mais je me représente toujours ce garçon si gai, alors que maintenant, tu aurais bientôt 89 ans ! Je n'arrive pas à m'imaginer...Nos disparus restent dans notre esprit, à l'âge qu'ils avaient le jour de leur disparition...toi, c'était 18 ans, bientôt 19 !

 

                     Pendant ces deux années d'attente, nous nous demandions si tu avais rejoint l'Angleterre pour continuer la lutte ? si tu étais prisonnier en Allemagne...si, si...que des "si", aucune certitude...

 

                     Ce dont je suis certaine avec le recul, c'est que ton sacrifice et celui de bien d'autres, n'aura pas été inutile. Il aura ouvert la voie à la résistance, voie timide à l'origine, mais qui a été en se développant au cours de ces années sombres. Cette voie qui nous a amenés à la Libération de 1944 et à la Victoire de 1945. J'ai regardé hier à la télévision un film et un documentaire sur ceux qui, partis en Angleterre, répondant à l'appel du général De Gaulle, ont oeuvré dans ce sens...Je crois que c'est ça que tu aurais voulu mon grand frère...tu n'en a pas eu le temps.

 

                      C'était il y a 70 ans...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Armide+Pistol 12/06/2010 00:04



Un émouvant appel d'une soeur à son frère. Et l'affection reste intacte.



Geneviève 12/06/2010 08:55



Nous nous entendions si bien !



Martine Réunion 11/06/2010 10:31



Je pense qu'il est impossible d'oublier....On vit "avec"....Avec le souvenir et avec justement ces questionnements sur ce qu'aurait été la vie de ces disparus....Il est triste, injuste de mourir
comme ça....La guerre est une chose moche...J'ai si peur qu'un jour, tout recommence !
Pensées d'ici pour vous Geneviève. Mes passages se font plus rares....Un petit passage à vide en ce moment !!!! Mais tout devrait rentrer bien vite dans l'ordre !


Bonne fin de semaine à vous, en espérant que le soleil et la douceur seront au rendez-vous.....



Geneviève 11/06/2010 12:18



Merci pour ces pensées...Moi aussi, j'ai quelques passages à vide en ce moment...ma tête est trop pleine !
Le temps est un peu orageux, mais dans l'ensemble assez beau (surtout pour moi qui suis plutôt "du nord" !)



Chris 09/06/2010 13:42



Comme vous dites nos disparus restent dans nos esprits, malgré le temps qui passe.


Bon mercredi



Geneviève 09/06/2010 15:27



Le temps s'arrête...le souvenir reste.



Patrick 09/06/2010 12:54



C'est très émouvant et cruel à la fois, j'espére ne jamais connaître LA GUERRE et toute la misére humaine qu'elle engendre.Soyons tout de même attentif car hèlas l'histoire parfois se répéte !!!
pour cela vos témoignages sont capitals.


 



Geneviève 09/06/2010 13:41



  La guerre est toujours horrible...si mes témoignages pouvaient servir à quelque chose, j'en serais très heureuse....



Dominique 09/06/2010 10:36



Bonjour, c'est toujours triste de mourir si jeune, mon oncle est mort à 20 ans 1/2 le 15 juillet 1918, ma plus jeune fille a cet âge aujourd'hui, mon beau-père est parti à la guerre comme
Malgré-Nous à 16 ans 1/2 en 1942, il est revenu chez lui en 1946. Notre jeunesse actuelle a de la chance de vivre en paix en Europe tout au moins. Amitiés



Geneviève 09/06/2010 10:48



Triste époque en vérité...espérons que nous ne reverrons jamais ça !