Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le temps de la peur...

par Geneviève Cotty

publié dans ne pas oublier de se souvenir

                                       De souvenirs en souvenirs...

                    J'ai revu hier soir sur ARTE ce magnifique film de Louis Malle, "Au revoir les enfants"...Toujours la même émotion en revoyant cette période de la guerre, la période la plus noire sans doute, l'occupation, la déportation, cette période pendant laquelle régnait la peur...La peur de parler, la peur de se montrer pour certains, la peur du couvre-feu, la peur de manquer, la peur de vivre tout simplement.

 

                    J'ai revu ces enfants d'un collège de la grande banlieue de PARIS, vraisemblablement près de la forêt de Fontainebleau. J'ai reconnu cette forêt où mes parents nous emmenaient avant la guerre, ces rochers que nous escaladions, ces chemins balisés que nous empruntions...Tout était alors fait pour la joie, le bonheur en famille. Et pendant des années des enfants apeurés y sont allés, menés par des enseignants qui essayaient de leur faire oublier qu'ils étaient en danger et qu'il y aurait entre eux une différence quelconque, une différence de race ! Ils étaient tous pareils...ils avaient peur...Certains ne savaient pas ce qu'étaient devenus leurs père et mère, mais cachés dans ce collège par la volonté et le courage de certains adultes, ils riaient parfois, c'était de leur âge...A un camarade qui lui demandait "tu as peur ?" , Jean dont le nom de famille avait été "transformé", répondait "j'ai toujours peur"! A cet âge, avoir toujours peur, alors que le rire est si proche...

 

                     Je repense à cette période, à tout ce qu'on ne savait pas mais que vaguement on devinait...A tout ce qu'il ne faut pas oublier. Cette semaine, est également programmé "Le Vieux fusil", autre film bouleversant...Hasard des programmations ? Fictions ces deux films ? non, documentaires...

 

                    

 

 

                   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

JUVISIENNE 04/05/2010 15:42



Ah! bon! voilà que je m'appelle : "au sujet des valises" , maintenant!!!!



Geneviève 04/05/2010 16:31



J'avais bien remarqué "qu'il y avait un truc" concernant les valises !



AU SUJET DES VALISES 04/05/2010 15:40



on ne savait rien du sort tragique qui attendait les déportés.


dans ma classe, les filles juives riaient autant que nous, retiraient leur étoile et allaient en douce au cinéma.  Les enfants sont inconscients. ...


la peur, l'angoisse, c'est à l'armistice, à la découverte des camps, que, dans le petit peuple tout au moins, on les a ressenties...


Pour ce qui est de la période actuelle... soyons conscients des dangers qui nous entourent, bien sûr, mais sans en faire une fixation - profitons de chaque petit bon moment...



Geneviève 04/05/2010 16:30



A PARIS et dans la région, on commençait à se rendre compte en 1943/1944...
Tout à fait d'accord sur les dangers qui nous entourent maintenant...Etre vigilants bien sûr mais ne pas "faire de fixation"...la vie deviendrait impossible !



MORSLI 04/05/2010 11:42



Bonjour Geneviève !


Il y a très peu, j'ai vu un documentaire sur des hooligans polonais, des nazillons ! l'un d'eux, dit cyniquement que Hitler n'avait pas gazé suffisamment de juifs : je l'aurais transformé en
satellite artificiel avec plaisir.Le danger est toujours là, malheureusement.Amicalement à vous.



Geneviève 04/05/2010 12:00



Parce que je pense que le danger est toujours là, j'aimerais qu'on n'oublie pas....
Amitiés.



Armide+Pistol 03/05/2010 23:40



La peur vécue par des enfants telle qu'il en est fait allusion dans le film, c'est terriblement poignant, en effet.


Bonne soirée, Geneviève.



Geneviève 04/05/2010 08:35



Ce fut une dure époque...



Armide+Pistol 03/05/2010 22:31



Nous vivons  une époque angoissante, même si les apparences restent sauves : nous craignons toujours autant la maladie (même si beaucoup d'entre elles ont été
éradiquées, d'autres surviennent telles cancer, SIDA, Alzheimer dont on n'avait pas entendu parler jusqu'à une période récente), nous nous demandons souvent quand et où va avoir lieu la
prochaine attaque terroriste, nous craignons pour nos fins de mois de plus en plus difficiles, nous appréhendons douloureusement l'avenir de nos enfants, celui de la planète. Nous réalisons que
les ressources de la terre rétrécissent en peau de chagrin et nous craignons de manquer. De nombreuses vies sont brisées par le jeu des magnats de la haute finance. Le temps 
se faisant de plus en plus rare,  familles et amis se dispersent.


L'ennemi est diffus, inattaquable et invisible de nos jours. Il a oeuvré en sous main : divisé pour régner."La différence" qui frappe les "petits dans l'ombre" est établie selon
des normes toujours aussi arbitraires. Mieux vaut à notre époque être jeune, riche et beau"...et exceptionnel ! La peur au ventre, nous
étreint progressivement. La peur restera la peur, quelque soit l'époque. Les moyens d'anéantissement sont actionnés de façon plus adroite certes mais la sélection est toute aussi cynique.


Pour en revenir au film il est à déplorer que les enfants ne soient pas épargnés par la peur. Elle prend dans leur esprit une dimension parfois différente de la notre mais toute aussi
traumatisante.



Geneviève 03/05/2010 22:44



La peur a été, est et sera. De tout temps, elle a existé. Mais je voulais parler de ce film qui fait ressortir la peur ressentie par des enfants, telle qu'elle
a existé à une certaine époque.