Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S'il vous plaît.....

par Geneviève Cotty

publié dans jadis et humour

                              Appel d'aide ....ou comment ça s'écrit !

                    On ne peut tout savoir ! Si maintenant, nous avons "Google" qui sait tout et nous renseigne sur tout ou presque, ce brave homme n'existait pas dans les années 1948/1950 ! Et pour cause... Mais quelles étaient les entreprises, quel était le plus petit bureau qui n'étaient pas abonnés à SVP ? C'était un vrai puits de sciences cet organisme...On pouvait tout lui demander...enfin tout...presque tout !

                     En 1949, je travaillais comme secrétaire dans une usine où le directeur (mon patron) quoique charmant, était bourru et manquait parfois un peu de patience. Il fallait avoir compris avant qu'il n'ait fini de parler...Un jour, une très jeune dactylo vient dans le bureau...elle avait un gros problème, ne sachant pas écrire"ladite" ! Elle demande à la ronde et le directeur lui répond d'un ton qui n'appelait pas de réplique "Tu n'as qu'à demander à SVP" .... La pauvre, elle en tremblait. Elle prend le téléphone, appelle SVP, donne le numéro d'abonné de la maison et dit tout d'une traite "Madame je vous téléphone pour savoir si ladite se tient"....Au bout du fil, incompréhension totale de la correspondante. Et re-question de la dactylo "je voudrais savoir si ladite se tient"!!!! Et...on lui raccroche au nez ! Cette question posée d'une voix émue et très vite était tout à fait bizarre et (charitablement), nous avons tous ri ! Ce n'était pas très gentil, j'en conviens, mais tellement drôle surtout quand on s'imaginait la tête de la personne à l'autre bout du fil !!! On a beau tout savoir, encore faut-il comprendre les questions !

                       Ah ! cet SVP...Il était également utilisé pour des jeux à la télévision de l'époque je crois...Il savait tout !

                        Mais, au fait...est-ce que "ladite" se tient ou s'écrit en deux mots ? Bon sang, mais c'est bien sûr...ça se tient !



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

morsli 15/03/2010 19:55


SVP 11-11 si mes souvenirs sont bons à moins que la mémoire ne me joue des tours.J'aurais bien aimé voir la tête de la correspondante au bout du téléphone.Dans la précipitation et dans l'état de
stress qui était le sien, la dactylo a du bafouiller la pauvre.Et vous, vous avez ri ! ! ! je suis consterné


Geneviève 15/03/2010 20:15


A cette époque, j'étais encore assez jeune (!) et un peu sans coeur ? cette pauvre adctylo, je la revois encore !


juvisienne 13/03/2010 15:02



tiens... oui! S.V.P... je ne me souvenais même plus que ça avait existé...il est vrai qu'à la maison nous n'avions pas le téléphone, et à la banque ne l'utilisions qu'avec parcimonie!!!
mais Google, quel plaisir !!


Geneviève 13/03/2010 15:37



C'est vrai que le téléphone nous était compté dans les bureaux ! c'était tellement cher !



Chris 13/03/2010 09:08


Bonjour Geneviève,
SVP, il me semble qu'il était suivi de chiffres, oui je m'en rappelle.
C'est vrai que depuis il y a eu l'évolution...
Bon week end très ensoleillé chez nous. 


Geneviève 13/03/2010 09:33


SVP 11 11 !(je crois).


Loic 12/03/2010 18:41



SVP. J’avais oublié. C’est vrai que c’était la bible consulté par la quasi-totalité des entreprises pour le bien des employés et des cadres qui, bien sûr, ne savaient pas tout.


Une grande différence, cependant. SVP vérifiait les informations aptes à être transmises. Google laisse tout entrer et c’est au chercheur de faire le tri et de vérifier la véracité ou le
caractère plausible si la vérité est inconnue. Et ça, c’est une sacré différence, car sur internet il y a de tout !!


Avec mon amitié. Loic



Geneviève 12/03/2010 20:13


Toutes les bonnes entreprises étaient abonnées à SVP ! ça ne doit plus exister....dommage !


Armide 12/03/2010 14:03


J'aime le ton savoureux du dit récit.
Un collègue de mon père était en proie à une hésitation embarrassante lors d'une communication téléphonique. Il fut pris de cours en épelant son nom !
-"F comme euh..."
Un collègue bien intentionné lui souffla malicieusement !
- "F comme pharmacie"
-"F comme pharmacie s'empressa de épéter le collègue hésitant..." dans un éclat de rire général


Geneviève 12/03/2010 15:33



Il faut bien rire un peu dans les bureaux ! même si ce n'est pas toujours charitable...