Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Toujours ce Salon...

par Geneviève Cotty

publié dans Nostalgie...

                      Qui me fait rêver...

 

                       Rêver ou rajeunir ? Les deux sans aucun doute ! Je viens d'entendre un éleveur, lors d'un reportage à la télévision, qui vantait les caresses faites à ses vaches. Il expliquait que cela les "détendait" et que leur viande était bien meilleure...Une petite caresse avant la traite, la vache apprécie et libère son lait plus facilement...Pour que la viande des animaux soit meilleure, il suffit de quelques caresses et "d'un petit mot gentil", ce qui libère la graisse et met en route tout un processus que je ne saurais expliquer ! Je n'écoutais pas vraiment car j'étais alors transportée chez mes grands-parents, toujours en Lorraine, du temps de mon enfance !

 

                        Comme je l'ai déjà dit, ma grand-mère qui adorait toutes ses bêtes, les soignait avec amour. Je la revois aller vers le clapier où se trouvaient beaucoup de lapins que grand-mère semblait connaître personnellement. Elle aussi les caressait et leur parlait...Conversation unilatérale bien sûr...mais que chaque lapin appréciait ainsi qu'on pouvait s'en rendre compte en les voyant se "coller" le nez au grillage ! Grand-mère savait que telle mère était une excellente mère, qu'elle s'occupait bien de ses petits et les aimait, alors que telle autre...refusait de les nourrir et même...horreur, les dévorait !

 

                        Même chose pour les poules qui venaient au-devant d'elle, un peu intéressées peut-être, certains gestes de la main plongeant dans un sac ne trompant pas (!), mais aussi par attachement (on pourrait dire par affection) .  Quant au cochon lui aussi aimait celle qui lui apportait à manger et rendait propre son logement ! Grand-mère disait :"un cochon n'est pas sale. Si son habitat est propre, il s'y plaît..encore faut-il y faire le ménage "! Ah oui, toutes ces bêtes étaient heureuses et en bonne santé...

 

                        Je ne parlerai pas des deux chattes que j'ai toujours connues chez mes grands-parents : chacun avait la sienne ! Animaux domestiques, animaux de compagnie. Qu'on les appelle comme on veut, un animal est un être vivant qui possède un coeur et aime ses maîtres ! Et ce matin, en regardant la télévision, il m'était agréable de voir le regard des vaches regardant leur maître...Il était bon ce regard...et il m'a permis de regarder en arrière, jusqu'à ce temps de mon enfance...

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Pimprenelle 02/03/2014 10:20


Bonjour Geneviève, et bien le groupe a trouvé mon remplaçant, et donc mon futur patron. On m'a demandé de le seconder jusqu'à la fin de l'année. Je vais pouvoir me consacrer davantage à mes
recherches, que je dirige d'ici. J'aurai ainsi passé plusieurs mois avec les filles, ma mère qui est ravie également de partager leurs présences. C'est un point positif. J'attends aussi la
date de mariage de la première qui n'est toujours pas fixée. J'aimerais bien que ce soit avant la fin de l'année, pendant ma présence sur le sol américain, afin d'aider la future belle famille de
ma fille, tant appréciée. Si je commente peu, je lis vos billets et il me semble que vous marchez seule désormais. La réparation est sur le bon chemin. Bonne continuation. Gros bisous.
Pimprenelle

Geneviève 02/03/2014 13:51



Oui, je marche seule..ou presque ! ma démarche n'est pas des plus élégantes, mais...il faut ce qu'il faut! Enfin, je ne vais pas encore seule dehors, mais je me débrouille dans mon petit
appartement...Dès que je pourrai aller faire mes courses, j'aurai "gagné la partie" ! Dieu, que c'est long à mon âge de récupérer après un ennui de santé ! Et moi qui me croyais jeune !!! et
"invulnérable" ! trop optimiste la grand-mère ! la fatigue vient vite et ça, je ne peux le supporter !
J'espère que votre fille pourra se marier tant que vous êtes près d'elle. Les mamans aiment se trouver là en ces circonstances...et il y a tant à faire alors !
Merci de lire mes billets, parfois un peu difficiles à écrire...Fatigue ou manque d'idées ? Les deux sans aucun doute !
A très bientôt sur ce blog...Avec mes amitiés.


 



Pimprenelle 02/03/2014 01:24


Votre billet est pour moi un sujet de réflexion, puisque de tout temps, l'homme a mangé des animaux. D'abord à l'occasion des sacrifices aux dieux, où l'animal a été progressivement substitué à
l'homme, puis le plus souvent à l'occasion des fêtes. La viande s'accompagne de la banalisation de l'avilisement de cette idée de fête. Jusqu'alors les animaux que l'homme mangeait, étaient les
siens, parvenus au terme d'une vie presque normale, en plein air souvent en semi-liberté. Veaux, vaches, cochons, moutons, poules, canards étaient respectés dans leur humble dignités d'être
vivants,( c'est le sens même du mot "animal) et de créatures de Dieu. C'est seulement au XVII siècle, celui de Descartes et de la théorie des "animaux-machines" que ce mot d'"animal" est devenu
une injure. Le XX siècle a fait pis : il a aboli l'animal au profit de la viande de boucherie; enfin l'industrie agro-alimentaire lui a donné le coup de grâce en transformant la viande en minerai
d'infâmes hachis. A l'animal élevé en batterie dans des conditions barbares, l'homme industriel n'a pas seulement infligé une mort ignomineuse et cruelle, il lui a volé sa vie, il l'a
transforméen protéines sur pattes !


Le temps n'est plus très loin où nos descendant rougiront du traitement que ce siècle commençant continue d'infliger à l'animal. Ils ne comprendront même pas que nous n'ayons pas eu conscience de
notre barbarie. Mais les mentalités sont en train de changer. Un nombre croissant de jeunes sont dégoûtés du caractère viandard de leurs parents. Au delà de la tromperie commerciale qu'elle
constitue d'abord, l'affaire des lasagnes au cheval jette un jour cru sur les procédés et les mentalités de ces négriers d'un nouveau genre, dont nous nous rendons complices en achetant leur
abjecte pâtée !


Tout celà pour vous dire, que je suis allée au salon de l'agriculture hier, avec ma soeur et cette visite m'a inspiré ce soir en lisant votre billet, une nouvelle vision que nous devrions tendre.
Je retourne à Weston lundi matin revoir ma famille et ma petite chienne. Bonne soirée. Amicalement, Pimprenelle.

Geneviève 02/03/2014 09:00



Vos commentaires instructifs me manquaient et je vous remercie notamment pour celui-là.  Oui, ces pauvres animaux qui nous font confiance sont un sujet de réflexions (surtout leur "mise à
mort"). Je me souviens d'un texte lu à l'école jadis, texte de Pierre Loti je crois mais dans quel livre ?, où il était question d'un boeuf qui "sentait" qu'on allait le tuer...à l'époque, je me
"représentais" cette pauvre bête...Que doivent-ils penser de nous ces animaux ? Bien sûr, nous devons nous nourrir, mais...tout est devenu tellement commercial...Les sentiments n'ont plus leur
place dans notre société.
Je pense que vous avez apprécié le Salon de l'Agriculture...c'est parfois touchant...
Bon retour aux USA où vous êtes attendue par votre famille (petite chienne comprise !).
Merci de m'avoir fait ce commentaire et de me donner de vos nouvelles. Quand votre retour définitif sur notre sol où l'ambiance n'est pas toujours au beau fixe ...mais c'est notre Pays...?
Amicalement.


 



Françoise 28/02/2014 09:30


Joli billet qui effectivement rappelle que les humains élèvent souvent les bêtes pour les manger d'où ma tendance à être végétarienne.


Je me souviens d'un jour de Pâques, c'était à La Clusaz et je devais avoir quinze ans, j'ai vu un agneau le matin qu'on emmenait. Le soir, je n'ai pas touché le plat de viande (épaule d'agneau,
je crois), j'étais saisie de sanglots et  bien sûr, ma mère disit que c'était bon et que je n'étais qu'une benête. Il y avait des légumes et du dessert, je me suis rattrapée là-dessus.


Je ne suis pas une pure et dure végétarienne mais je crois que, d'une manière générale, les habitants des pays riches mangent trop de viand (il faut peut-être en profiter si ça ne dure pas, la
richesse).

Geneviève 28/02/2014 10:41



Eh non, la richesse ne dure pas ! nos dirigeants s'en occupent .... C'est vrai que nous devrions manger moins de viande... Pauvres bêtes qui pourtant nous aiment !



cotentine 27/02/2014 09:26


Certains éleveurs offrent même de  la musique à leurs animaux ! "En vacances ",44 45  ,dans une petite ferme ,j'ai pris contact avec des grosses bêtes  .  Ma cousine
s'occupait de l'étable de la vache et moi de la soue du cochon ,pourquoi était 'elle si basse de plafond  ? Une oie et moi ,nous nous étions adoptées  Quelle horreur lorsque ma
tante tuait un lapin ,les pattes attachées à un clou  ,la tête pendante et les chats qui attendaient dessous ,pas de détails ,vous connaissez la suite  ....MOZART , pour les vaches
,et SCHUBERT ,au dessus du petit étang ..... C'est vrai ,que chaque animal ,a sa vie personnelle ,comme un humain ,ses sentiments ,ses douleurs et ses amours  .Quelle tristesse d'entendre
meugler une vache ,lorsqu'on lui enlève son veau ,départ en camion vers l'ITALIE , ..... Bonne journée ,MAGITTE   .  vivement les petites pilules chimiques  pour éviter la
souffrance animale

Geneviève 28/02/2014 08:13



Est-ce que les choses se sont arrangées depuis ce temps ? Il me semble que dans les abattoirs il y a des règlements ? Oui, c'est triste que les animaux soient destinés à nourrir les humains...



Jean-François 26/02/2014 20:40


oui, et bien moi, ça me fait poser toujours la même question : l'être humain est-il fait pour manger de la viande.  Vous en mangez Magitte ? moi oui, mais peu

Geneviève 26/02/2014 21:26



Moi aussi ! depuis qu'un médecin m'a dit que je n'en mangeais pas assez ! Il y a longtemps, je préférais les oeufs !
C'est vrai que c'est cruel. Je me souviens de mon fils aîné, alors âgé de 3 ou 4 ans, ne voulant plus manger de poulet. Il revenait de la campagne et avait vu tuer des poulets. Alors il nous a
dit: "avant je croyais que c'était de la viande, mais maintenant je sais que c'est des bêtes"...Pour lui, la viande ne faisait pas partie d'un animal !


 



Léoned 26/02/2014 18:15


N'empêche que c'est pour ça que je n'aurais jamais pu être fermier, éleveur ou boucher !


 


Les bêtes, mêmes les cochons, les poulets ou les vaches, on s'y attache.
Et elles aussi.


 


Imaginons le sentiment de "trahison" qui doit les saisir à la fin...


 


 

Geneviève 26/02/2014 19:19



Mais c'est une chose à laquelle je pensais quand je voyais grand-mère tuer poule ou lapin...Elle les aimait tellement toutes ses bêtes ! Même le cochon dont la vie s'arrêtait à la St Nicolas !



trublion 26/02/2014 18:01


il est certain qu' un animal bien traité donnera le meilleur de soi même.


Bien sur, celui qui les nourrit sera vu avec une  petite préférence, mais en règle générale, la gentillesse paie.


Bonne soirée


 bisous



Geneviève 26/02/2014 19:16



Oui, mais sont-ils tous intéressés ? je crois que les animaux aiment qui les aime !
Bonne soirée.