Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Un été d'enfance.....

par Geneviève Cotty

publié dans il était une fois...

                     Jadis bien sûr !.....  

 

                     Je ne retourne pas en enfance....mais avec ces chaleurs, je ne peux m'empêcher de penser à elle ! Deux mois de vacances pendant une partie desquels nous allions voir mes grands-parents en Lorraine ! Pour nous, c'était le bonheur, la liberté ! Mais, s'il fait froid l'hiver en Lorraine, il peut y faire très chaud l'été ! Mais, avec juste ce qu'il nous fallait sur le corps pour être décents (!), c'est-à-dire linge de corps et culotte courte pour les garçons, agrémentée d'une chemisette (jupe ou robe pour les filles) et les pieds nus dans les sandales en toile blanche...ç'était acceptable ! ça semblerait beaucoup trop pour les enfants du 21ème siècle !

 

                      Bien équpés, chapeau de toile blanche sur la tête, nous pouvions accompagner ma grand-mère et ramasser de l'herbe pour ses lapins...Et le grand bonheur, c'était de revenir à la maison juchés sur l'herbe entassée sur la brouette et conduite par...grand-mère ! Et au mois d'Août, il y avait la cueillette des mirabelles...et la vente de ces fruits, après pesage, à un grossiste installé sur la place du village...Il imposait le prix et il n'y avait pas à discuter (ce que grand-mère essayait de faire quand même !) Pour nous, c'était mieux qu'une pièce de théâtre ! ça ne ressemblait à rien de ce qu'on pouvait voir à PARIS ou en banlieue...c'était très instructif...Et il y avait les jeux avec les enfants du village tellement plus "dégourdis" que nous ! nous les admirions...Et lorsque nous avons été un peu plus grands, nous étions admis à "faire les foins"et autres travaux des champs avec les cultivateurs du pays. Le blé était battu ensuite  sur la place du village également...Une machine y était installée spécialement et servait à plusieurs personnes...C'était la fête, de même que les vendanges venant vers fin septembre. Tous les propriétaires de vigne s'entr'aidaient et les vendanges avaient lieu "à tour de rôle"....

 

                        Les joies de la campagne pour les enfants, périodes de travail intense pour les villageois ! Chacun y trouvait son bonheur !

 

                        Et puis, nous avons grandi, et nous avons pu aller en vacances au bord de la mer...C'était tout à fait autre chose, les jeux n'étaient pas les mêmes...Mais rien ne pourra me faire oublier les vacances de ma petite enfance..."Ma foi là non" comme disait ma grand-mère, lorraine grand teint et qui nous attendait avec tant d'impatience...De si bons grands-parents...eux aussi faisaient partie des bonheurs de nos vacances...

  

Voir les commentaires

Date anniversaire...

par Geneviève Cotty

publié dans ne pas oublier de se souvenir

                          Tout à fait personnel...

 

                      Oui, c'est un sujet qui m'est personnel, mais un anniversaire vous fait obligatoirement penser à "ce qui s'est passé ce jour-là"...J'ai retrouvé sur ce blog un article que j'écrivais le 25 juillet 2010 et dont j'ai fait, pour petite partie, un copier/coller :

 

 

                       " 25 juillet 2004....

 

                        "Ce jour-là, après la longue route que nous avions faite ensemble pendant 58 ans, tu es parti. Et ne voulant pas le croire, je me suis retrouvée anéantie, les mains vides et l'esprit dans le même état. Tu avais fini de lutter toi qui, pendant toutes ces années de maladie, avais été si fort. ...."

 

                             C''en était terminé...J'ai dit que j'étais "anéantie"...c'est bien le terme exact ! Nous avions pris tellement l'habitude de vivre à deux, penser à deux depuis que les enfants avaient pris leur destinée en mains et avaient eux-mêmes fondé une famille. Vivre seule, je crois que je ne savais pas ! Heureusement que je me suis trouvée bien entourée par tous, famille, médecin et infirmières de mon mari et, par la suite par vous tous mes amis du web ! Je vous remercie tous, vous m'avez aidée à vivre et à supporter cette solitude...Quelle bonne idée avait eue mon médecin de m'imposer, comme thérapie pour combattre cette dépression qui tentait de m'envahir, l'achat d'un ordinateur...Rien, je n'y connaissais rien, mais, aidée par tous, "je m'y suis mise" et suis arrivée à me débrouiller (avec bien des difficultés parfois !).

 

                          Encore une fois, merci à tous.

 

 

 

 

Alors que j'avais écrit mon texte en utilisant l'écriture habituelle, je m'aperçois qu'OB a "décidé" de faire autrement, sans que j'en sois prévenue ! D'où cet ajout afin de m'excuser auprès de tous ! 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Avec courage ? même pas....

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                     Soyons franche !...

 

                     Je me pose tellement de questions en ce moment qu'elles se mélangent dans ma tête, délayées par cette chaleur atroce ! Ce n'est pourtant pas la première fois que nous subissons ce temps "moite et irrespirable" ! Bien entendu, mes souvenirs d'enfance essaient de se frayer un passage dans ce "galimatias" d'idées...et aimeraient bien que je parle d'eux, trouvant que l'actualité n'est pas jolie...jolie... Alors, je m'exécute et j'oublie provisoirement cette actualité qui saura bien me rappeler à l'ordre le moment venu !

 

                      Me voici donc transportée dans les années de ma jeunesse, quelques années avant la guerre...ça fait déjà loin...La période d'été était souvent très chaude et nous allions à l'école jusqu'à la fin du mois de juillet ! La dernière quinzaine de ce mois était un peu faite en "roue libre". Nous n'avions plus de livres, donc plus de leçons ! Si on travaillait encore un peu le matin en classe, l'après-midi était réservé, pour les filles tout au moins, à des séances de broderies en plein air...Quand je dis broderie, il s'agissait de canevas...chaque petite fille en avait au moins un en route ! Et que faire en cousant ? bavarder ou écouter la lecture d'un livre faite par l'institutrice ! A mon école, cette récréation se passait dans la cour, sous un très gros et très ancien marronnier.

 

                       Mais, ce que j'appréciais le plus, c'était la boisson qu'on nous distribuait : du coco ! C'était tellement bon...Pas besoin de boissons pétillantes aromatisées à l'orange ou au citron, ou autres sodas ! Non, du simple coco...cette poudre avec un goût de réglisse, d'anis (ou de menthe) qu'on mélangeait dans un broc d'eau et qui nous était apportée par les femmes de service ! C'était rafraîchissant, c'était gratuit ou presque...Dans une école libre où j'ai terminé une partie de mes études, on payait le verre de coco UN sou, c'est-à-dire 5 centimes .... Ce n'était pas cher, mais l'école n'avait à l'époque aucune subvention, et "un sou, c'était un sou"... Et quand ma mère voulait bien en acheter une boîte pour la maison, de ce coco, nous étions priés mon frère et moi, de n'en boire qu'un verre ! c'était une gâterie et souvent une récompense ! Mais oui ! c'était ainsi et si nous avions "rouspété", il n'y aurait plus jamais eu de coco ! Tiens, j'en boirais bien un verre...le goût m'envahit les papilles !

 

                         Petit souvenir attaché à l'été de jadis et que je vous ai raconté pour me donner du courage...il me manque bien celui-là ces jours-ci ! Allez, pour répondre aux recommandations, je vais aller boire un verre d'eau, même pas aromatisée, mais en me persuadant que je retrouve le goût du coco ! Est-ce ça la méthode Coué ?

 

                        

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Dans l'attente....

par Geneviève Cotty

publié dans Joies...

                      Parents...toujours !

 

                      Point n'est besoin d'être prince ou princesse...La venue d'un petit enfant est, à de très rares exceptions près malheureusement, toujours attendue avec impatience et surtout avec amour déjà ! Comme nous l'aimons d'avance ce petit, qu'il soit le premier d'une fratrie ou...le petit dernier... Dès son arrivée, le papa est très fier et la maman déjà si tendre...Et elle le trouve très beau ce petit tellement attendu; c'est qu'elle vivait avec lui (ou elle) depuis de nombreux mois...ils formaient déjà "un tout" mère et bébé...Pour tous les parents une naissance représente la venue d'un petit "roi" (ou reine) au sein de la famille, même s'il n'y a aucune goutte de sang royal dans la famille ! On s'en moque bien, on admire sans conditions...Bébé est là, vive le roi ! Car c'est bien lui qui, pendant des mois, rythmera votre vie de la journée et aussi...de la nuit ! Si peu de poids en kilos, mais un tel poids à supporter en responsabilités de toutes sortes ! il faut l'élever ce petit et si possible bien l'élever ! Santé, éducation, instruction.... et tout cela avec le plus d'amour possible.

 

                       Un bébé, royal celui-là, se fait attendre...Peut-être est-il arrivé au moment où j'écris ces lignes. Riches, pauvres ou misérables, les parents sont toujours des parents, surtout lorsque cet enfant ils l'ont voulu...Ils sont prêts à tout pour lui, tous les sacrifices deviendront des petits bonheurs de chaque jour.

 

                       Comme je me souviens de ces attentes...Si j'avais su ronronner, j'aurais fait comme la petite chatte que nous avions eue jadis et qui était si heureuse lors de la première naissance de ses petits ! L'instinct diront certains ? ou quelque chose en plus...amour maternel ?...Les animaux nous donnent souvent des exemples (ou leçons ?).

 

                        "Lorsque l'enfant paraît..." quelle joie !                       

 

 

 

 

Voir les commentaires

Je me demande....

par Geneviève Cotty

publié dans le temps présent

                      Si nous ne sommes pas un peu difficiles...

 

                      Après nous être plaints de ce temps maussade et froid du printemps et du début de l'été, voilà que nous nous plaignons...de la chaleur ! "Qu'il fait chaud" ... expression courante ces jours-ci ! Nous l'entendons partout, même à la télévision, les journalistes sautant sur l'occasion pour meubler ! Bien sûr, il y a aussi les départs en vacances avec les bouchons sur les routes, l'attente du bébé à la cour d'Angleterre...mais rien ne vaut une "bonne" canicule ! on en parle même d'avance, les enquêtes dans les maisons de retraite sont légion : on y voit la distribution des boissons aux pensionnaires, on y entend les conseils donnés à chacun et chacune...Il est vrai que le souvenir de 2003 est encore présent dans toutes les mémoires...

 

                       D'où ma question : Ne sommes-nous pas un peu difficiles ? Jamais contents...Il me semble que cela me rappelle une chanson, mais laquelle et...chantée par qui ?

 

                       Je me souviens des étés "jadis", quand ma mère nous faisait faire des kilomètres à pied pour nous permettre de nous baigner dans différents endroits (Seine ou bassin ou autres) et nous rafraîchir...Nous traînions les pieds et poussions forces soupirs tout le long du trajet aller...et retour ! Jamais contents déjà...et pourtant, le trajet oublié, nous nous amusions bien ! Et ma pauvre maman qui se sacrifiait pour nous...en avions-nous de la reconnaissance ? J'en doute un peu....Comme dirait mon brave Squirou, les humains sont bien difficiles à contenter !

 

                        Quoiqu'il en soit, le beau temps est là et met du baume dans les coeurs. Profitons-en...Nous serons bientôt à la fin de l'été, mais pour l'instant, la nature est belle, les arbres et les fleurs réjouissent les yeux et...l'été est une bien agréable saison !

 

                         Bonnes vacances à tous, bon repos et une recommandation : BUVEZ ... mais de l'eau s'entend ! même au pays du vin....

Voir les commentaires

Si je faisais....ou comme si...ou comme ça ...

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                      Question importante ?

 

                      Il est parfois bien difficile de prendre une décision...même pour des problèmes qui semblent insignifiants ! Cette petite histoire vraie que je vais vous raconter en est la preuve !

 

                      C'était au début des années 1950, il y a donc "un certain temps ! Le travail ne manquant pas, bien au contraire, l'intérim fonctionnait....Dans un bureau où j'étais Secrétaire de Direction, nous avions fait appel à une intérimaire. Elle travaillait bien mais semblait très timorée...demoiselle "sur le retour" si vous voyez ce que je veux dire ! Mes collègues et moi, jeunes femmes déjà mamans, nous moquions un peu de ses manières ! Bon, je reconnais que ce n'était peut-être pas très gentil...Nous avions certainement aussi nos "petits travers" ! Un soir, après avoir fait son courrier, Mademoiselle X...avait un gros souci et nous le faisait partager ! Le coude sur son bureau, le menton posé dans la paume de sa main droite, elle réfléchissait tout haut "Qu'est-ce que je vais faire comme enveloppe pour cette lettre de deux pages ? Une enveloppe normale sera peut-être trop petite, une enveloppe plus grande risque d'être trop grande et reviendra plus cher !"  Elle dodelinait de la tête à chaque question qu'elle se posait et à laquelle elle ne trouvait pas de réponse ! Dur...dur...de réfléchir à ce point là ! Qu'un si petit problème corresponde à un si grand souci, ça tournait au drame ! Hésiter ne résoud rien...Enfin, elle s'est décidée et son courrier a pu partir après signature !

 

                        Cette histoire est idiote, mais démontre qu'il faut savoir prendre ses responsabilités, quelles qu'elles soient . Faire pour le mieux, suivant sa conscience, et pour le plus grand bien de tous. Et ne pas donner à sourire à l'entourage ni surtout à critiquer, ce qui mène tout droit au manque de confiance. Annie Cordy chantait "'J'y vas-t-y, j'y vas-t-y pas ? Si j'y vas, qu'est-ce qui m'dira, si j'y vas pas, qu'est-ce qui m'fera".... Il me semble que cette chanson revient à la mode et s'applique aux décisions prises à notre égard ? Pas d'augmentation des impôts en 2014..à moins que..Ceci est un simple exemple...Ce n'est pas en dansant d'un pied sur l'autre et en voulant ménager la chèvre et le chou...et en promettant la lune qu'on est une personne de décisions. "Moi je" n'y croit pas . Ah bon, moi non plus !

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Faut-il que je vous aime !....

par Geneviève Cotty

publié dans le temps présent

                      Pour travailler par cette chaleur !

 

 

 

IMG_0005.jpg

 

                         Magitte reconnaissant qu'il fait chaud (trop pour travailler) et prétextant que ses idées s'en ressentent...me voici de service ! J'étais pourtant si bien dans ce "havre de paix" que j'appelle le Paradis des animaux ! Je peux dormir à ma guise, je suis à la fraîcheur et mon plus gros travail consiste à me rémémorer ma vie sur terre, il y a déjà pas mal de temps.

 

                          Elle était belle et bonne ma vie. Quand il faisait chaud, j'avais droit à la baignade dans le canal qui passait près de chez nous, ou Patou m'emmenait me baigner dans la Sorgue...c'était un peu plus loin...mais j'aimais beaucoup aussi. Et surtout, j'allais à la mer, à St Mandrier...plages, galets, vagues...tout était bon pour m'amuser !

 

                           C'est la période des vacances pour les humains et il m'arrive de jeter un oeil sur les petits enfants qui s'amusent sur terre, ou dans l'eau...Ils sont heureux ces enfants mais savent-ils que bien de leurs petits copains ne partent pas en vacances ? Leurs parents ne disposent pas d'argent pour ça....Et moi, chien qui fut gâté, est-ce que je me rendais compte que beaucoup de mes copains n'avaient pas la même vie que moi ? Serions-nous égoïstes sans le vouloir ? Même chose pour les personnes âgées dont certaines n'ont pas de famille ou, ce qui est plus grave, une famille qui les a oubliées...

 

                            Vous voyez que je travaille quand même, puisque je réfléchis...J'ai bien du mérite par cette chaleur...

 

                            Puisque j'ai travaillé pour elle, Magitte va aller se reposer un peu...elle dit que "cette chaleur la tue" ! Mais elle arrive à parler quand même, et (ne le répétez pas) à rouspéter après la vie actuelle ! Heureusement que je suis là !                 

 

 

Voir les commentaires

Quand un enfant s'annonçait....jadis,

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                      Et que son avenir était déjà réglé.... 

 

                      On parle beaucoup ces jours-ci d'un célèbre bébé tant attendu à la cour d'Angleterre...Sa vie est certainement déjà réglée alors qu'il n'a pas encore fait connaissance avec le monde extérieur...Sans que ni mon frère ni moi ne puissions prétendre à un avenir identique à celui de ce petit "à naître" (et pour cause), mon père avait sans doute décidé dès notre plus tendre enfance, de notre devenir ! Je me souviens....

 

                       Mon frère, lui, devait être avocat, de par la volonté paternelle ! Quant à moi, le notariat n'attendait que moi ! Le tout, que ça nous plaise ou non. C'était ainsi, il n'y avait pas à discuter. Il se trouve que si je n'osais pas trop prendre ma défense, je prenais celle de mon frère qui me faisait ses confidences !

C'était un matheux qui ne se voyait absolument pas endosser la robe d'avocat et entamer une plaidoirie de plusieurs heures. Il me disait "quand je serai avocat, mes plaidoiries ne dureront pas plus d'un quart d'heure...Je ne suis pas un phraseur moi...Mes pauvres clients risqueront l'échafaud" ! Il était très bon en français, mais pour lui, pas besoin de "délayer" ! Une idée, un point....Alors qu'il avait passé sa 1ère partie de bac avec latin-grec , j'ai osé dire à mon père que le rêve d'André était d'entrer à...Polytechnique ! Rien à voir...Après avoir pris forces rendez-vous avec ses professeurs, mon père a fini par accepter !

Quant à moi, passionnée de dessin et peinture, je me suis retrouvée en fac de Droit....Pas du tout la même voie que celle que je m'étais tracée ! et surtout, pas à discuter.

 

                        C'était très souvent ainsi jadis. Combien d'enfants de boulangers, charcutiers, bouchers, se sont retrouvés avoir la même profession que leur père, alors que leurs aspirations étaient autres ? On ne choisissait pas et surtout, on ne discutait pas....Est-ce pour ça que je suis très indépendante maintenant ? Réflexe ou...petite vengeance ?

 

                         Si je pense qu'il faut aider les jeunes à se diriger dans la vie, par quelques conseils (qu'ils ne sont pas obligés de suivre), je pense aussi que "diriger la vie de ses enfants" entièrement, c'est un peu dangereux. Nous voici à la fin de l'année scolaire, beaucoup de jeunes vont essayer de suivre la voie qu'eux-mêmes se sont tracée...C'est l'expérience...Ne leur rognons pas les ailes dès le début ! les responsabilités sont nécessaires pour en faire des hommes et des femmes de leur temps. C'est déjà bien assez qu'ils rencontrent des difficultés au moment du premier emploi !

 

                          "Kate et William" ne s'imaginent certainement pas que la venue de leur bébé m'a fait "revenir en arrière" et en résumé, m'a fait rajeunir ?

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

"Le matin du grand soir"...

par Geneviève Cotty

publié dans Pour sourire

                      Encore un souvenir...

 

                      Décidément, il me suffit d'entendre un mot ou une phrase...et hop me voilà repartie dans mes souvenirs de jeunesse ! Hier soir, ayant voulu regarder à la Télévision l'émission "Secrets d'histoire", je vois affiché ce titre "Le matin du grand soir" ! Il ne m'en a pas fallu plus pour "entendre" mon frère jadis, lorsqu'il me menaçait de représailles pour des délits mineurs...Il me disait : "Oh toi, tu vas voir...lorsqu'arrivera le petit matin du grand soir "!!! Je n'avais même pas peur pour la bonne raison que je pensais que cette expression était de son crû ! Les représailles habituelles consistaient en "mon lit en portefeuille", "une obligation de lui payer des cigarettes" et aussi (horreur) des maths laissées sur le tableau de ma chambre et qui m'empêchaient de dormir !

 

                      Peut-être voulait-il dire que ma tête serait promenée au bout d'une pique comme celle du gouverneur de la Bastille, le 14 juillet 1789 ? Me couper la tête, c'était m'enlever bien des centimètres et je n'avais pas besoin de ça !

 

                      Je pense seulement qu'il voulait dire que ma punition serait grave ? Moi, je l'aimais ce frère, ce qui explique certainement qu'hier, je le revoyais et l'entendais, avec sa vraie voix, celle de sa jeunesse ! Ah, cette expression "le petit matin du grand soir", l'ai-je entendue...avec tellement d'autres comme celle-ci "Moi, je m'en balaie le nombril avec une queue de lapin russe" ! Alors là, on sentait bien que ça lui était tellement indifférent qu'il préférait ne pas y penser ! ...Et comme j'étais bon public, je riais et je l'admirais encore plus ! il m'en fallait peu ! Mais que voulez-vous, c'était mon frère !

 

                       C'était un souvenir en passant, pour sourire ....

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Pas de changement....

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                      En relisant mon blog...au hasard !

 

                                     Un article que j'écrivais il y a environ deux ans, a retenu mon attention...Il était question de mariage, ce qui, dernièrement, a fait couler beaucoup d'encre ! Voici donc, en copier/coller, ce que j'écrivais alors, pour sourire ! 

 

                                                           C'était il y a longtemps déjà...Ma tante allait se marier avec "l'homme de sa vie", pour le meilleur et pour le pire...Que de préparatifs, de questions aussi ! Dame, on ne sait jamais si la route qu'on se prépare à emprunter ne sera pas semée d'embûches...Tout est question de confiance...Plus la date approchait, plus ma tante était un peu nerveuse ! Toutes les jeunes filles connaissaient cet état d'âme....Chez mon grand-père une brave femme de ménage était également "émoustillée" par les préparatifs et l'ambiance. Et elle discutait sur les hommes en général et le sien en particulier ! ... Pas de quoi remonter le moral (pourtant au beau fixe) d' une jeune fille s'apprêtant à prendre mari....Et, secouant la tête d'un air entendu, pour bien se faire comprendre, elle ajouta cette sentence :"Ah, vous savez ma petite, le mariage, c'est si tellement....." Le discours s'arrêtant là, ma tante n'a jamais su "si tellement quoi" ! Pendant des années, elle s'est posé cette question...Pendant environ 65 ans, après une longue vie ensemble que seule la mort a arrêtée.

 

                         "La mariage, c'est si tellement"....Oui, mais encore ?

 

                         J'ajouterai "Et maintenant" ? C'est encore plus "si tellement"...à tous égards. Un problème se pose aujourd'hui paraît-il dans une commune...Un mariage entre deux hommes doit avoir lieu cet après-midi et les futurs mariés désireraient avoir la Bénédiction de l'Eglise ! Alors là....tout se complique .... Etre homosexuel n'empêche pas d'être catholique pratiquant, mais je pense qu'il faut savoir se...contenter de ce que l'on a ! On ne peut tout exiger...La loi sur le mariage est passée, pas acceptée par tous, mais la loi, c'est la loi !

 

                         Une fois de plus, on ne peut que répéter comme la brave employée de mon grand-père, "le mariage, c'est si tellement...." et ça le devient de plus en plus ! Les formules à "l'emporte-pièces" des personnes simples jadis, n'ont jamais eu autant de raisons d'être !

 

                          Pas de changement...                         

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires