Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Malaise...

par Magitte

publié dans Réflexions...

                    Cet écrivain qui n'est plus à la mode...

 

                    J'aime parcourir ce livre de Gilbert CESBRON "Journal Sans date", recueil de pensées, réflexions diverses...livre déjà ancien puisque de...1963 ! ça ne vit plus très vieux un livre et la mode change concernant les écrivains... Moi, j'aime redécouvrir du nouveau dans de l'ancien !

 

                     Je relève donc cette réflexion:    

 

                     "Malaise : Une mère avec sa très jeune fille ; et celle-ci a l'air moins pure qu'elle."

 

                     J'ai posté ces jours derniers un article sur la mode des "lolitas" et en découvrant cette réflexion de Gilbert Cesbron, je trouve qu'elle s'applique tout à fait à mon article ! Oui, la vue de ces petites filles laisse un malaise. Plus aucune pureté de l'enfant, plus rien de l'enfance.... Est-ce que la mère d'une telle enfant est fière ? L'enfant n'est pas en cause, elle a été dirigée et veut "faire plaisir" à sa mère...Le résultat est catastrophique...Et que pense la mère dans ce cas ? Mais surtout, question horrible, peut-on dire de cette femme que c'est une mère ?

 

                       Le peu que j'ai vu à la télévision m'a laissé un malaise...Je suis certaine que bon nombre de mamans et de grands-mères ont été dans mon cas. Gilbert Cesbron est décédé il y a bien des années...Comme il aurait souffert, comme il doit souffrir en constatant l'état de notre monde actuel !

 

                       Pour la gloire (?), pour l'argent, on détruit tout, on ose tout ! Peut-être serait-il temps de se ressaisir ?

 

                    

Voir les commentaires

Une journée...rien que pour elle...

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                    Journée de la femme...

 

                    Bien des années se sont écoulées depuis....mon enfance ! Et en cette "journée de la femme", je repense à ma mère et à tout le travail qu'elle avait, ce qui, à l'époque, semblait normal à tout le monde...Elle ne travaillait pas "à l'extérieur" comme on disait alors, elle s'occupait de la maison et de ses habitants ! Et ses journées étaient bien remplies, au-delà de tout ce qu'on peut imaginer ! Bien tenir la maison, bien s'occuper de son mari et de ses enfants, c'est pour cette mission qu'elle avait été "dressée" lorsqu'elle était jeune fille. Il s'agissait de travail à plein temps (lever 6h.30 - coucher jamais plus tôt que 22h.30). Nous avions une grande maison, elle n'avait pas d'aide, sauf de temps à autre pour la lessive et la couture...Elle s'occupait de l'intérieur et de l'extérieur et aussi de tous nos animaux...Élevée à la campagne, elle n'aurait pu se passer de cet environnement ! et faire le jardin, récolter des légumes...c'était non seulement un plaisir, mais aussi une source d'économie !

 

                      Ma mère ? mais elle était omniprésente et faisait tout ! Les courses, les repas, la surveillance des devoirs.....Mon père, comme tant d'hommes alors, était chargé de rapporter l'argent nécessaire. Pour le reste, il se faisait servir par ma mère (comme beaucoup d'autres hommes à cette époque) . La femme était asservie, sans récriminer...C'était ainsi...Je me souviens de ma mère lui apportant ses chaussons le soir, après être descendue ouvrir les portes du garage pour que mon père ne descende pas de voiture...Lui trouvait cela tout à fait normal. Mais elle ? Si elle ne disait rien, peut-être pensait-elle ? Mais, c'était ainsi....

 

                       Je dois reconnaître que je n'ai jamais connu ça dans ma vie de jeune femme, mon mari m'ayant toujours aidée à la maison...Mais mon père qui n'appréciait pas, disait alors "ce n'est pas son rôle"...Ce à quoi mon mari répondait "nous nous sommes mis à deux pour avoir des enfants, il est normal qu'on se mette à deux pour le travail !" Je profitais donc de cet humour breton...Et ça me rendait tellement service ! Et, très franchement, je n'ai pas une âme d'asservie ! Et je ne voulais pas faire comme ma mère.

 

                        Et petit à petit, les femmes travaillant hors de la maison, on a vu les hommes prendre conscience que le travail pouvait (et devait) se partager...Est-ce partout ? j'en doute...Il y a bien quelques récalcitrants...

 

                         Je ne suis pas féministe, mais je trouve normal que les femmes "qui ont su se montrer à la hauteur" à l'époque noire de la guerre, ne soient plus considérées comme des bonnes à tout faire logées, nourries, et...si peu payées. Cette Journée de la femme les met à l'honneur; alors, Messieurs, reconnaissez leur valeur, leur courage, leur dévouement et beaucoup plus encore. Et le jour où elles obtiendront "à travail égal salaire égal", ça sera une juste reconnaissance de leurs mérites ...

 

                          Bonne journée Mesdames ! aujourd'hui, vous êtes des reines...enfin presque !

 

 

Voir les commentaires

L'heure des repas....

par Geneviève Cotty

publié dans Joies...

CIMG0542.JPG

 

                              Les gentils rouges-gorges...

 

                             Quel petit animal charmant que le rouge-gorge...Pas sauvage, il aime assez la compagnie des humains...Je me souviens... Il y a quelques années, alors que nous habitions en Provence, nous avions la visite de toutes sortes d'oiseaux, dont les mésanges et les rouges-gorges. Je ne sais si c'était toujours le même qui venait à la maison...Il y avait celui qui suivait mon mari dans les allées du jardin, lorsqu'il désherbait...C'était un travailleur sans doute, il aidait moralement le "jardinier"...Pas à pas, en sautillant, il suivait, s'arrêtait quand mon mari s'arrêtait et repartait quand mon mari repartait....Que se passait-il dans sa petite tête ? Besoin d'aimer sans doute ? Et il savait bien que ses repas étaient assurés par la "maîtresse de maison" ! Quelques petites graines sur la terrasse à picorer avec bonheur ! Quand par hasard le repas était en retard, mon petit ami grimpait sur la marche de la porte de la cuisine et se faisait entendre ! Il réclamait son dû en faisant entendre des "cui-cui" de plus en plus fort ... On peut tout de même joindre l'utile à l'agréable, même quand on est un oiseau !

 

                               Chez mes enfants, dans ma région actuelle, les oiseaux sont rois. Il y avait les années précédentes un "Resto du Coeur" pour oiseaux. Cette année, il y en a plusieurs afin d'éviter les attentes ! Pas besoin d'inscription préalable, on vient tout simplement...On fait même la parlotte en attendant ! Dernièrement, il y avait de la neige...Peu importe...la récompense était au bout !

 

                                Si tous les humains pouvaient s'entendre si bien... Les oiseaux sont de gentils compagnons. Et ils sont si gais ! C'est la vie dans un jardin....

                               

                                                                 CIMG0536

Voir les commentaires

La mode des "lolitas"....

par Geneviève Cotty

publié dans billet d'humeur...

                     Dénoncée par un rapport parlementaire...

 

                     Quelques jours avant Noël, j'avais écrit un article intitulé "Prière d'une petite fille", dans lequel il était question de ces petites lolitas, très jeunes mannequins maquillées, bichonnées, pomponnées, pour le plaisir de qui ? Un plaisir, peut-être même pas...Pour une gloire factice, mais là aussi de qui, à moins que ça ne soit que par intérêt ? Allez savoir...

 

                      Cette prière, je la rapporte ici :

 

                                              "Père Noël, toi qui vas venir m'apporter des cadeaux de petite fille, pourrais-tu apporter aussi à toutes les mamans des idées de "maman"...Moi, je ne veux pas grandir trop vite...je veux profiter de mon enfance, jouer comme une enfant et m'habiller comme une enfant...Je crois que beaucoup de petites filles sont comme moi. Nous n'avons pas envie d'être trop vite des adultes...ils ont trop de soucis ! Et puis, le maquillage ce n'est pas fait pour nous. Nous avons encore une si jolie peau fine. En plus, ça nous donne mauvais genre comme disent les vieilles personnes...Pour nous, notre vie est encore à construire...il nous faut aller à l'école pour apprendre et surtout pas pour trouver "un fiancé" dès maintenant ! Nous voulons laisser cette recherche à nos aînées...Nous avons autre chose à faire de beaucoup plus important : apprendre à devenir une femme et une future maman qui élèvera bien ses enfants en les éduquant normalement...Il paraît que nous avons une âme, alors je voudrais qu'elle soit belle.."

 

                       Et voilà que nous apprenons ce jour, par médias interposés, que cette mode des lolitas vient d'être dénoncée par un rapport parlementaire .... Des voix s'élèvent, dont celle-ci les appelant "friandises sexuelles"....En sommes-nous arrivés là ? Des friandises, on les offre à ceux qui les aiment, ou pour appâter "le client" ! Qui veut-on appâter ? et surtout pourquoi ?

 

                       Les médias en parlent...pour une fois, tant mieux !

Voir les commentaires

En souvenir.....

par Geneviève Cotty

publié dans humeur et réflexions

                    

 

 

                                         De Maurice ANDRE...

 

 

 

                     Il y a quelques jours, dans un article intitulé "Cinéma et...gloire", je faisais part de ma tristesse puisque le matin même j'avais appris le décès de Maurice ANDRE, grand trompettiste, professeur...homme simple cependant. Les médias avaient mentionné "en passant" le décès de cet homme attachant qui aura marqué son temps cependant !

 

                      Maurice ANDRE, venant d'une famille de mineurs, mineur lui-même tout en travaillant la musique qu'il aimait par-dessus tout ! Il disait de lui, modestement, qu'il devait sa notoriété à 60% de don et 40% de travail...Un don, certainement, mais beaucoup plus que 40% de travail, puisque travailleur acharné...

 

                       Voilà ce que des "grands" écrivaient de lui :

"Sur Maurice André 

  • -Jacques Chancel : « Maurice André est un humaniste qui ne se sait pas (...) C'est un homme simple. Il n'est pas comme certains qui, n'ayant pas de talent, croient que les autres vont leur reconnaitre du génie. »
  • -Herbert von Karajan : « C'est sûrement le plus grand trompettiste, mais il n'est pas de notre monde. »
  • -Pierre Dutot : « Merci à Maurice André pour tous ces instants de bonheur simples et vrais. Son aura, servie par un son incomparable a fait l'unanimité autour de sa personnalité. Seule la musique servie par les plus grands peut ainsi rassembler les hommes dans le plaisir et l'émotion. »8
  • -Otto Sauter : « Sans Maurice, la trompette piccolo ne serait jamais entrée dans les salles de concerts comme instrument seul, telle qu'elle est. »

 

                         L'appréciation de Jacques CHANCEL est peut-être celle que je préfère..."humaniste qui ne se sait pas"... Maurice ANDRE aimait la musique classique, c'était une passion. Mais il a su également adapter sa musique à d'autres genres, plus accessibles pour tous ? Il aimait la MUSIQUE, c'est tout ! Il était "génial" (c'est ce qu'on dit maintenant ?)

 

                         Si je tiens à parler à nouveau de ce grand musicien aujourd'hui, c'est par...justice ! J'ai regardé mon programme télévision, et je me suis aperçue que cette semaine il allait être beaucoup question de ...Claude FRANCOIS.... On ne l'oublie pas parmi les médias et on fait tout ce qu'on peut pour que son souvenir demeure....C'est bien, mais....

 

                          Pourquoi y a-t-il toujours des mais ?....

 

 

 

 

                        

 

 


Voir les commentaires

Ne rien jeter...

par Geneviève Cotty

publié dans Réflexions...

                     Nouvelle mode ou....retour à la raison ?

 

                     Ce n'est pas faire une grande découverte de constater...que nous gâchons beaucoup ! Moi qui suis de "l'ancien temps", je suis souvent horrifiée par tout ce gâchis, et je me souviens de cette époque lointaine (si vous le dites !) de ma jeunesse. Les parents incitaient leurs enfants à "ne rien gâcher", que ce soit de la nourriture ou des vêtements, ou des jouets ! Et le pain que nous devions respecter et ne jamais jeter...Tout avait un coût et en plus, on devait respecter le travail de ceux qui avaient fabriqué, construit tout ce qui nous était utile ou agréable. C'était ça en partie, la bonne éducation...

 

                      Et puis...et puis....nous avons été privés pendant la guerre et les beaux jours revenus, les progrès aidant, plus rien n'a été "comme avant"...Et petit à petit, nous en sommes arrivés à ne plus rien respecter. De même que les enfants marchent sans précaution sur leurs jouets dans leur chambre, les adultes jettent ce qui ne leur semble plus à la mode ou ce qui a cessé de plaire...Exactement comme si, sans passer par la case achat, ils jetaient directement leur argent "à la poubelle" ou "par la fenêtre" comme on disait jadis !

 

                       Et voilà qu'avec la crise, on commence à entendre des voix qui s'élèvent en nous recommandant de ne plus rien jeter ! Tout est récupérable et transformable....Verrons-nous prochainement des appareils ménagers faits pour durer de nombreuses années, des enfants rangeant avec précaution les "quelques" jouets qu'ils auront eus à Noël, jouets qu'ils auront désirés longtemps et auxquels ils s'attacheront ? Comme je le voudrais....Revenir à la raison, ce n'est pas revenir en arrière, régresser...c'est réfléchir et admettre que nous avons tous besoin de vivre normalement. La vie est dure pour presque tout le monde. Faire attention à tout, ce n'est pas se priver...Rêver d'un objet, d'une sortie, d'un voyage et attendre pour ce plaisir, ça aide à l'apprécier au maximum...Quand on me dit "Ah! tu as toujours ce truc ?"...Je pense que j'y avais tellement pensé avant de l'obtenir, que je voudrais bien qu'il dure longtemps...Comme tout le monde actuellement, il m'arrive de ne pas me rendre malade parce qu'un objet ou un appareil me laisse tomber...Je n'en suis pas plus fière pour ça !

 

                        Il appartient à chacun de nous de faire des efforts qui deviendront habitudes. Il ne s'agit pas d'avarice, sentiment affreux, mais du respect des choses et pourquoi pas, du sauvetage de notre pays que nous avons un peu malmené depuis des décennies ... Nous avons des responsabilités, pensons-y ....

Voir les commentaires

A vos ordres....

par Geneviève Cotty

publié dans jadis et humour

                    Adjudant de service...

 

                    Ah ! ce service militaire, il était bien utile, ne serait-ce que dans le but de faire circuler ces petites histoires qui visaient le plus souvent les caporaux, les adjudants...Je n'ai bien entendu pas fait de service militaire, mais j'ai très bien écouté mon père...Et des histoires, il en avait tellement à raconter ! Alors les adjudants, ces pauvres sous-officiers, en faisaient souvent les frais !

 

                    Curieusement, ils avaient des formules bien à eux et bien entendu les jeunes soldats s'en "régalaient" !

 

                    Il y avait celui qui prévenait dès le réveil qu'il fallait faire vite et qu'il voulait voir tous ses hommes prêts dans un temps record. Alors, d'une voix tonitruante, il lançait cet ordre : " Rassemblement ! dans un quart d'heure, je veux voir tout le monde en bas sur le palier d'en haut "! Boutade sans doute ? mais non, un adjudant donne des ordres...Ah mais....

 

                     Et cet autre, sévère, qui n'admettait aucun relâchement parmi ses hommes...Un règlement, c'est un règlement...on doit le suivre....Il avait trouvé un jeune planton légèrement endormi à son poste...Le "z'aurez 4 jours" ne s'est pas fait attendre...avec le motif suivant : "ai trouvé le 2ème classe X...profondément endormi dans les bras de l'orfèvre"...Il est bien certain que ça ne se fait pas et quand "on a des lettres", on s'en sert...Mais au fait, être endormi dans les bras de Morphée, d'où vient cette expression ? J'ai trouvé, grâce à Mr Google, cette explication :

                    

"Dans la mythologie grecque, Morphée, dieu des rêves, est le fils d’Hypnos, dieu du sommeil et de Nyx, déesse de la nuit. Il est souvent représenté par un jeune homme tenant un miroir à la main et des pavots soporifiques de l’autre. Il donne le sommeil en touchant une personne avec ses pavots. Il lui donne également des rêves pour la nuit. Les bras étant symbole de sécurité mais aussi de force, on comprend pourquoi cette image est restée pour désigner une personne qui dort profondément."

 

                      Voilà, vous savez tout ! De quoi faire regretter aux jeunes gens ce bon vieux service militaire qui leur laissait de si bons souvenirs !

 


Voir les commentaires

La Rose et le Réséda....

par Geneviève Cotty

publié dans Jadis et maintenant

                    Des idées opposées, mais un seul but...

 

                    En 1943, alors que notre pauvre pays était bien mal en point, Louis ARAGON écrivait ce poème magnifique en hommage à Gabriel Péri et d'Estienne d'Orves, comme à Guy Moquet et Gilbert Dru..."ceux qui croyaient au Ciel et ceux qui n'y croyaient pas".

 

                   

La Rose et le Réséda

Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fut de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Deux sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
À la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda

 

                  Ce poème rendait hommage à ces résistants qui avaient     pourtant des idées  politiques différentes, mais qui avaient uni leurs efforts   pour la grandeur de la France, son honneur, sa libération. Et je pense à ce qui  serait si nos hommes politiques actuels unissaient leurs forces pour sauver la  France une nouvelle   fois, au lieu de s'invectiver, de s'injurier et  de nous fatiguer (!) pour des idées différentes mais desquelles on pourrait peut-être extraire L'IDÉE salvatrice !   Ne dit-on pas que "l'Union fait la force" ? C'est le moment de le prouver !                                                                   

Cessez de vous déchirer et...de nous lasser ! Comment voulez-vous,      Messieurs les politiques, que nous vous fassions confiance ? En écrivant cela, je "mets tout le monde dans le même sac" ! Ce n'est pas bien joli ce que vous nous faites vivre et qu'en restera-t-il, si ce n'est un goût amer ?           

 

"Liberté, égalité, fraternité" ? Oui, mais quand ? Quand il sera trop tard ?  Moi,je me souviens de ces batailles verbales d'avant-guerre, alors que la vraie bataille était si près de nous ! La suite, nous la connaissons....           

 

Des idées opposées, soit, mais un seul but désintéressé....Agissez pour l'honneur de notre Pays, pas pour VOTRE gloire !"Ceux qui croient au Ciel, ceux qui n'y croient pas" unissez-vous ! Souvenez-vous........                                      

Voir les commentaires

Cinéma...et gloire...

par Geneviève Cotty

publié dans Joies et peines

                    Juste fierté...

 

                    Cocorico ! Le cinéma français n'est pas mort, il semble même qu'il se porte très bien..."The Artist", ce film dont on parle beaucoup depuis quelque temps, est couvert de gloire aux États-Unis. 5 Oscars, la récompense suprême...Ne boudons pas notre joie, soyons fiers de tous ceux qui ont contribué à faire ce film et surtout à en faire un chef-d'oeuvre....Réalisateur, metteur en scène, acteurs etc....tous au même degré méritent que nous les remercions. Merci pour le Cinéma de notre pays, merci pour la France, merci pour les français...merci, merci, merci ! Et merci à tous ceux qui ont voté en faveur de Jean DUJARDIN et de tous les autres...

 

                     La compétition semblait devoir être rude, et j'avoue que j'avais un peu peur puisque, en bons français, nous avions lancé notre cocorico avec quelques heures d'avance ! Mais bon, il y avait certainement des signes qui ne trompaient pas et qui m'échappaient...C'est fait, je suis fière de la France et ça, j'aime ! On ne se refait pas...On critique très souvent (ça aussi c'est bien français), notre cinéma...mais on n'aime pas que les autres le critiquent ! Et cette fois, il est admiré, plébiscité ! Que demander de plus ? Jean DUJARDIN semblait tellement heureux de cette consécration, que c'était un vrai bonheur de le voir, comme toute l'équipe...Ce bonheur, nous l'avions déjà connu à plusieurs reprises dans le passé...

 

                      Donc, chantons cocorico à tous les échos !

 

                      Après cette joie, tristesse d'apprendre ce matin la disparition de Maurice ANDRE, trompettiste de talent, qui m'a enchantée pendant des années et avait donné ses lettres de noblesse à la trompette...La musique classique, jouée à la trompette par Maurice ANDRE...un vrai bonheur pour moi. Et cet homme si jovial était bien sympathique...Un jour, il faut quitter cette terre (il avait 78 ans)...Mais la musique reste.

 

                    

Voir les commentaires

Tramways, autobus...et autres...

par Geneviève Cotty

publié dans il était une fois...

                    Ces moyens de transport que j'ai vus vivre, mourir et renaître...


 

                     Que de travaux dans ma ville actuelle en ce moment ! Difficile de circuler...On construit la première ligne de tramway du XXIème siècle...Et je me souviens de la fin des années 1990/début des années 2000 alors que j'habitais MONTPELLIER. La construction de la première ligne de tram avait été décidée et celle-ci passait tout près de chez nous...Pour rentrer à la maison, c'était un vrai parcours du combattant ! même à pieds, on ne s'y retrouvait pas .... Cette ligne n°1 a été mise en circulation fin 2000. Avec mon mari, déjà malade mais qui pouvait encore sortir, nous l'avons empruntée un dimanche matin, d'un "bout à l'autre" ! Belle promenade ! et trois mois plus tard, mon mari était hospitalisé pour plusieurs semaines...Alors, combien je l'ai apprécié ce tram qui me prenait à 100 mètres de chez moi et me déposait devant l'hôpital...et ce deux fois par jour ! Je n'étais déjà plus jeune et en bus, je n'aurais pu y arriver...Et quand, quelques mois plus tard, mon mari a pu ressortir de la maison, mais en fauteuil roulant, j'ai pu sans problème lui faire reprendre le tram...il était tellement curieux de tout ... Alors, au diable les souvenirs des travaux qui nous avaient gênés pendant deux ans...  

 

                        A ces souvenirs relativement nouveaux, s'ajoutent les souvenirs de ma jeunesse...Les tramways parisiens qui faisaient du bruit ! je me souviens de celui qui descendait la rue du Chemin Vert dans laquelle habitaient mes oncle et tante...Il fallait mettre beaucoup de complaisance pour ne pas l'entendre arriver, s'arrêter et repartir sur simple coup de sifflet de l'employé-receveur...Ah oui, on payait sa course dans le tram...pas de fraudeurs alors... Et puis, les trams électriques qui avaient remplacé les trams hippomobiles du 19ème siècle et que je n'ai pas connus (et pour cause !), ont eux-mêmes laissé la place aux autobus à partir de 1931 je crois...la roue tourne...De ces derniers, j'ai le souvenir également du receveur ou de la receveuse, passant pour encaisser, tirant la sonnette pour donner l'ordre de départ...et des retardataires qui couraient et montaient "en marche" sur la plate-forme...C'était pratique ces bus et notamment à PARIS, bus et métro vous conduisaient à votre travail, quand ce n'était pas les bateaux parisiens, qui faisaient partie de la même compagnie que les autobus et dont les tickets étaient semblables. Lorsque j'étais très jeune, mon père prenait le bateau pour aller travailler...

 

                           Et il y eut la guerre...Nous avons connu les Bus fonctionnant au charbon de bois et dont la toiture était surmontée d'un dôme blanc sur toute sa longueur...Bon, s'il n'y avait eu que ça ! Et la guerre terminée, petit à petit la voiture s'est démocratisée, elle a servi pour se rendre à son travail...Il y a toujours des bus, toujours le métro et dans nombre de grandes villes on revoit des trams perfectionnés, confortables, rapides, si peu bruyants qu'on ne les entend pas arriver...Le progrès est passé par là...

 

                            Et les anciens rails, que sont -ils devenus ? Ils ont été enlevés petit à petit. Et si je me souviens bien ce sont ceux de l'Avenue Alexandre Dumas à PARIS, dans le 11ème arrondissement, qui ont été retirés les derniers, fin des années 1950 ou début des années 1960...Nous habitions alors ce quartier...

 

                             On efface tout et...on recommence ! mais en améliorant bien sûr....

 

Voir les commentaires