Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec souvenirs

Il faut que je vous raconte........

par Magitte

publié dans Souvenirs

                  Toujours des souvenirs....de jeunesse ! Mais oui ! j'ai été jeune...C'était il y a bien longtemps. Avant la guerre de 1939-1945....

                  Et je voudrais vous parler de tous nos animaux...Dans le premier pavillon que nous avons habité à JUVISY (banlieue de PARIS) nous avions deux chats et un chien ! Ils étaient nos amis à mon frère et à moi. Un jour, le chien (qui était une chienne), s'étant prise d'affection pour moi, ne voulait pas que des étrangers m'approchent, en dehors des gens de la maison ! Un jour qu'un jeune homme du quartier, qui avait voulu me porter, le "sang de la chienne Ketty" n'a fait qu'un tour et se lançant sur le garçon, aurait bien voulu le dévorer ! Heureusement que mon père était là ! Il lui a fait lâcher prise ! Depuis ce jour, nous n'avions plus trop confiance en Ketty qui pouvait avoir des réactions violentes dès que quelqu'un m'approchait ! Mon père avait donc décidé de la mettre chez des cousins qui habitaient près de la gare...Oui, mais voilà, mon père revenait de travailler en passant devant chez mes cousins ! La chienne le guettait et, si elle ne le voyait pas, elle passait entre le grillage de leur maison ! C'est ainsi qu'un jour, elle est arrivée chez nous, avant mon père, et qu'elle était tout ensanglantée ! Rien à faire pour la soigner, elle est morte....mais chez nous ! Je m'en souviens encore ! je devais avoir environ 5 ou 6 ans.... 

              Cette chienne nous aimait.....

              Nos deux chats, Poney et Mitsou. Si Mitsou aimait ses maîtres, Poney aimait sa maison . Un jour, Mitsou est arrivé avec une grande plaie sur le nez. Et il ne nous reconnaissait plus. Un an après ce jour environ il est revenu, a repris sa place coutumière; il semblait ne plus avoir mal ! Ma mère, dont il était le préféré, l'a dorloté...Mais sa plaie continuait à suinter....Mes parents, trouvant qu'il n'était pas sain pour deux enfants , l'ont emmené chez le vétérinaire . Il l'a piqué, disant à mes parents que sa plaie ne guérirait jamais. Nous ne l'avons donc pas revu...Et il ne nous restait que Poney !

               Celui-ci, ainsi que je l'ai dit, aimait sa maison ! Or, nous avions pris une maison plus grande qui venait d'être construite, à l'autre coin de rue . Alors, Poney séparait sa vie en deux : il prenait ses repas chez nous, sachant que maman ne laissait pas ses animaux sans manger, et il allait coucher dans l'autre maison où il avait été accueilli par des braves gens ! Jusqu'à sa mort, il n'a jamais changé ses habitudes. Mais c'est chez nous qu'il est venu mourir. !

               Que dire de ces "bêtes" ? Qu'ils ressemblent à des humains ? Mon frère et moi en avions gardé de bons souvenirs. Et plus tard, nous les avons tous remplacés..... par Minnie (petite chienne), Mickey (bon chat noir) et Dick (gros chien Malinois).

               (Fin de la première partie de "nos animaux".)

 

                     

Voir les commentaires

Quelle nuit ! .........

par Magitte

publié dans Souvenirs

              Quelle nuit en effet que cette nuit du 17 au 18 avril 1944 ! Une nuit que je n'ai pu oublier et qui est restée au fond de ma mémoire pour mieux refaire surface tous les ans à la même époque !

             Comme tous les habitants de JUVISY, petite ville calme de la banlieue parisienne où j'avais passé mon enfance, nous attendions l'heure des informations anglaises à la B.B.C. (informations que nous ne pouvions tous capter...il fallait avoir un poste relativement neuf, ou compter sur le bon-vouloir des voisins....qui recevaient à cette occasion ! Ma mère elle, se rendait chez des voisins dont le poste radio était infiniment plus jeune que le nôtre ! Mais ce soir-là, "l'ambiance n'y était pas" ! nous attendions ! quoi ? Une catastrophe venue du ciel...tout le monde en parlait ! Il faut dire que la proximité de nos maisons avec la gare de triage de JUVISY/ATHIS, ne nous incitait pas à la "décontraction" ! Et lorsque les sirènes de JUVISY et des environs, se sont mises à hurler à 22 heures environ, nous avons tous pensé que "c'était pour nous" cette fois ! Nous étions préparés ou presque ! 

              Je n'oublierai jamais le bruit de ces sirènes et des fusées éclairantes arrivant du ciel ! Quel spectacle! je ne souhaite à personne d'avoir à subir ce tintamarre ! La peur au ventre, comme le chemin nous a semblé long jusqu'à l'abri bétonné où nous avons passé la nuit...Combien de temps a duré ce bombardement ? Je ne saurais le dire avec précision...une heure, plusieurs heures ? Les bombes à retardement ayant pris la "relève", nous n'avons pu constater que de loin (une centaine de mètres) l'ampleur des dégâts....Par exemple, nous avons aperçu l'emplacement de notre maison ! Il n'y avait plus rien...Un immense trou à la place ! Et ma mère et moi avions quitté cette maison "avec ce que nous avions sur nous" !

              Heureusement que la solidarité a fonctionné ! des collègues de travail m'ont dépannée en dentifrice, en savon, et en linge de corps....Je ne précise pas ! 

              Combien de morts parmi nos voisins...Je les avais toujours connus...Et je pense souvent à eux. Je revois toujours ma chambre telle que je l'ai laissée en partant...l'emplacement de tous les petits objets m'est resté familier...

             C'était la nuit du 17 au 18 avril 1944 !

Voir les commentaires

souvenirs...d'une époque révolue.....

par Magitte

publié dans Souvenirs

              "Hier" pour ne pas dire "jadis" (ce qui risquerait de faire vieux (!))nous admirions certains métiers que, tant à la maison qu'à l'école, on nous apprenait à respecter. Je ne sais pourquoi, il m'arrive souvent actuellement de me souvenir de ces métiers et de ce "certain charme" qu'ils dégageaient !

              Le boulanger :

              "Sans le boulanger, aurais-tu du pain, c'est avec le blé qu'on fait la farine...." La suite ? j'avoue que je ne m'en souviens plus ! Cette petite poésie apprise à l'école me rappelle les leçons de morale ! Il y était question du dur labeur du paysan, du meunier, puis du boulanger qui se levait très tôt pour que son pain soit prêt avant que les ouvriers partent au travail.

              Le boulanger qui passait dans notre rue de banlieue avait une camionnette et son passage était annoncé au moyen d'une corne ! Nous allions bien vite le trouver et acheter ce pain qui avait une odeur qui nous semblait extraordinaire ! le pain se vendait au kilo...Si le morceau pesé ne faisait pas tout à fait le poids demandé, le boulanger ajoutait un morceau appelé "la pesée" ! Dieu, que ce morceau rajouté nous semblait bon ! Ma mère nous autorisait à nous la partager et nous avions alors l'impression de manger un gâteau ! Il est vrai que ce pain "frais" qu'on appelait "gros pain", était un délice : belle croûte dorée, craquante à souhait...Et les boulangers étaient fiers de leur travail.

              Puis les boulangers ont été autorisés à faire des pains dits de "fantaisie" vendus à la pièce, sans pesée. Ils devaient faire un certain poids...Tout le monde ne pouvait en acheter, le prix en étant plus élevé et le pain étant alors la nourriture de base, ce pain "de fantaisie" était réservé aux jours de fête ou quand on avait des invités....et encore ! Le pain était alors un aliment qu'on respectait, qu'on ne gâchait pas, et surtout qu'on ne jetait pas ! Trop heureux ceux qui pouvaient en avoir tous les jours.

              Si les boulangers sont toujours là, respecte-t-on leur métier comme jadis ? Les métiers dits manuels ont été tellement dévalorisés !....
La manière de faire le pain a changé, tout étant devenu "industriel" ! Ce changement provient certainement d'une nécessité : on ne peut vivre comme jadis, des progrès techniques importants ont vu le jour afin de nourrir les habitants de plus en plus nombreux.

              Si parfois, un peu de nostalgie nous rend visite...pensons que nous devons vivre avec notre temps...Les mentalités changent...

               D'autres métiers, ne "se ressemblent plus"....Peut-être en parlerai-je un jour ? Les progrès sont toujours accompagnés de sacrifices ! C'est la vie !
 

Voir les commentaires

Plus de peur que de mal...

par Magitte

publié dans Souvenirs

               Je me souviens que c'était fin mai ou tout début Juin 1940...Il faisait encore "petit/jour"...Il m'a semblé ce jour là avoir eu la plus grande peur de ma vie..Mais c'était parce que je n'avais encore rien vu !

          Nous venions de finir de dîner quand la sirène de JUVISY (ville de banlieue où je vivais avec mes parents) a fait entendre son cri lugubre...Et peu de temps après, nous avons entendu des avions allemands. J'étais encore jeune et j'avais peur des gaz. Mon père, gazé au cours de la guerre 1914/1918, nous avait fait beaucoup de récits concernant les gaz...Nous descendons au sous-sol de notre maison, pendant que toutes les lumières s'éteignaient et nous entendons alors des bruits de bombes tombant très près de la maison...Ce bruit de la bombe tombée dans notre jardin me donnait des ailes ! Je cours dans le sous-sol et...je me prends les pieds dans une lessiveuse ! Ma peur grandissait et me faisant mon petit roman, je me mis à crier ...les gaz...les gaz ... tout en mettant un mouchoir sur mon nez ! Ma mère qui avait vécu en Lorraine pendant toute la durée de la guerre de 1914, me répond :"non, c'est l'odeur de la poudre" ! Même à 17 ans, on a sa petite fierté et j'étais vexée ! Mais quelle peur ! (il faut admettre que j'étais alors un peu froussarde !

            Une seule bombe avait fait un "entonnoir" au fond de notre jardin, bombe de 300 kgs dit mon père....Que voulaient faire les allemands ce jour-là, voulaient-ils viser la gare de triage? ou simplement faire peur ? c'était réussi alors ! La pagaille de l'exode était commencée...et moi, je me souviens de cette peur immense, ignorant alors que 4 ans plus tard j'aurais une peur infiniment plus grande devant laquelle je réagirais avec plus de courage heureusement !

          Ce trou dans notre jardin était-il prémonitoire ? Quatre ans après notre maison n'existait plus .....

          Peur de rien moi ? Mais si, peur de tout !!! Et cette fois, il y avait eu "plus de peur que de mal" !

Voir les commentaires

Et si c'était.......? (à vous de juger...)

par Magitte

publié dans Souvenirs

               Je ne veux accuser personne et surtout pas "l'âge de mes artères !" Mais malgré ma bonne volonté, et parce que je me souviens, je dois reconnaître que je n'étais pas une admiratrice inconditionnelle de la sieste ! C'est curieux comme les idées évoluent avec le temps !

               Tout ceci pour vous dire que me trouvant un peu fatiguée (une fois de plus !), j'ai eu l'idée de m'installer dans mon fauteuil après déjeuner et de regarder la télévision ! Est-ce les nouvelles qui ne sont pas "folichonnes" (comme on disait jadis), ou simplement le fait d'être bien installée dans ce fauteuil, mais le résultat était là ! je me suis endormie ! Et pourtant ma nuit précédente avait été très bonne ! Bien entendu, il me faut trouver des causes à cet endormissement....sans accuser des irresponsables ! D'où le titre que j'ai donné à ce post ! Mais, qui pourrais-je bien rendre responsable ? Le temps un peu lourd ? La fatigue du "milieu de journée" Dans le "clan" des irresponsables...il me faudrait peut-être ranger cet état si simple que je ne veux pas admettre, mais qui est bien là : mon "grand âge" ! Vous savez, celui qui m'empêche de vivre normalement comme je le voudrais : s'il y a tant de choses que je ne peux plus faire, il y en a au moins autant que j'aimerais faire ! Ce ne sont pas les idées qui me manquent, mais leur "mise en application" !  Cete dernière opération étant de loin la plus difficile ! Et cette petite voix intérieure qui vous dit au creux de l'oreille à longueur de journée "mais ma fille, tu n'as plus l'âge à ça "! Et que faire d'autre qu'accepter les conseils de cette voix de la sagesse ?Pas toujours avec grâce d'ailleurs...mais "en ruant un peu dans les brancards" ! Que voulez-vous, on avait ses petites habitudes...! Et les habitudes deviennent vite une seconde nature, c'est bien connu !

          Alors que je pouvais "tenir" des journées entières, du lever au coucher, et avec bien du travail en perspective (!) je ne suis même plus capable de laver une assiette, sans que cela resemble à s'y méprendre à un travail de force ! Alors, que faire ? Rien ! c'est ce mot qui me contrarie ! "Ah ! vieillesse,vieillesse ennemie". Tiens, ça me rappelle quelque chose appris jadis ! Il me semble que c'était hier !

Voir les commentaires

Un souvenir......

par Magitte

publié dans souvenirs

            Parmi tant d'autres....
            13, 14 juillet...Comme tous les ans, des feux d'artifice éclairent ciel et/ou monuments...Je fais partie des personnes qui aiment le spectacle d'un beau feu d'artifice. Lorsque j'habitais Montpellier, je pouvais profiter de ceux qui étaient tirés depuis PALAVAS-les-FLOTS et CARNON...Je voyais tout de mon 6ème étage...
            Quelques années auparavant, nous habitions à ROBION, petite ville du Lubéron et là aussi, nous étions gâtés...Pas tellement besoin de se déranger pour "tout voir" ! Mais alors, nous avions notre brave chien Squirou, labrador plutôt "costaud", genre "peur de rien", mais que le moindre petit bruit faisait fuir...Alors, vous pensez les pétards du 14 juillet, ce n'était pas pour lui ! Dieu, que ce chien avait peur du bruit ! Je me souviens d'un jour de promenade dans le Luberon. Mon mari lui avait enlevé sa laisse et le laissait marcher près de nous dans un joli petit chemin...Passe un avion au-dessus de nos têtes ! Notre Squirou, se prenant pour une fusée, est parti comme une flèche, droit devant lui ! Courage...fuyons ! Il ne nous connaissait plus et ne répondait pas à son maître qui l'appelait...Rien n'y faisait...Il avait trop peur...Nous avions peur de le perdre dans les bois...Je ne me souviens plus comment mon mari a pu le "récupérer", tout tremblant. Maître et chien étaient dans le même état, pas pour les mêmes raisons...
             Lorsque des enfants du quartier faisaient partir des pétards, notre chien rentrait se mettre à l'abri dans la maison...et s'il avait pu se glisser sous un meuble, il l'aurait fait !
             Je me souviens d'un capitaine de cavalerie qui avait un cheval qui n'aimait pas...la musique militaire ! impossible de le tenir . Il avait un jour, au cours d'une cérémonie, traversé toute la place au galop avec le capitaine sur le dos...Mauvais effet !
             Tout comme les humains, les animaux ont parfois des peurs irraisonnées pas faciles à soigner....
            

Voir les commentaires